Le musée d’Atalante

 

Les centauriens avec leurs longs tentacules rosâtres, les filiformes habitants d’Orion, les petits êtres de la galaxie du Tourbillon ou les immenses sauriens de la nébuleuse d’Andromède se mêlaient joyeusement dans les rues de la mégalopole d’Atalante. A cette décade de la journée, il y avait foule. Les gens se pressaient dans les arcades commerciales, les spacio-gares et le long des allées des jardins suspendus. Aucun véhicule n’était nécessaire dans cette ville où tout transport se faisait par téléportation. Les rues étaient donc toutes des rues piétonnes, jalonnées de cabines de voyage qui permettaient de se rendre dans n’importe quel point d’Atalante.

Aujourd’hui, exceptionnellement, les gens devaient patienter devant leurs cabines car pratiquement tout le monde se rendait au même endroit : le nouveau musée des cultures exotiques. On devait l’inaugurer dans la matinée et c’était un événement à ne pas manquer ! Les trésors du passé allaient pour la première fois être révélés à une population qui, hier encore, ignorait jusqu’à leur existence.

Depuis qu’une poignée d’archéologues avait mis la main sur les vestiges d’une civilisation sur la planète bleue, planète aujourd’hui stérile et inhabitée, l’engouement du public pour cette découverte n’avait cessé de s’amplifier. Nul n’aurait jamais soupçonné que la vie un jour, avait pu jaillir dans un tel endroit. C’est vrai que ce caillou desséché ne laissait aucune trace des océans et des cours d’eau qui l’avaient baigné autrefois et lui avait valu le surnom de « planète bleue »… mais les savants curieux qui y avaient posé le pied avaient eu la surprise de rencontrer les ruines de monuments qui de toute évidence, n’avaient rien de naturel.

A l’intérieur de ces mêmes monuments, ils avaient trouvé des quantités d’objets, de textes, d’enregistrements en tous genres qui témoignaient qu’en ces lieux, une espèce intelligente avait vécu, avait développé une civilisation, puis s’était éteinte… Les spéculations allaient bon train, tant sur les causes de cette extinction que sur l’emploi des choses découvertes et le déchiffrage des langues humaines. La communauté scientifique avait finalement réussi à se mettre d’accord et c’est ainsi que le musée avait vu le jour.

Médusés, les visiteurs découvraient toute l’étrangeté de la civilisation humaine. Des objets aux formes et aux coloris multiples s’offraient au regard, mais le plus surprenant était l’usage que les humains faisaient de ces choses. Alors qu’ils vivaient sur une planète moribonde, plutôt que de rechercher des moyens de la sauver ou d’assurer la survie de leur espèce, ils avaient préféré se pencher sur des problèmes plus triviaux, comme le dépoussiérage de leurs demeures. Les aspirateurs pourtant archaïques, arrachaient des cris admiratifs aux touristes qui les regardaient, en particulier aux centauriens qui ne pouvaient s’empêcher de noter une certaine analogie entre leur corps et les antiques machines. Les téléviseurs, les livres dont l’usage demeurait encore flou, les tissus, les meubles, les bijoux… chacune de ces choses était source d’étonnement pour les habitants d’Atalante.

Mais ce qui attisait toutes les curiosités, le clou de l’exposition était l’objet vers lequel convergeaient toutes les allées du bâtiment. Il n’avait pas été fabriqué par les humains, c’était un élément tout à fait naturel, mais les scientifiques avaient conclu que de toutes leurs découvertes, celle-ci était la plus importante. C’est pourquoi, hissée sur un support, filmée sous tous les angles, son image projetée aux quatre coins de la ville, trônait une pomme de terre fossilisée accompagnée de ces quelques mots : « la patate, base de la civilisation humaine ».

Publicités

5 commentaires sur “Le musée d’Atalante

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :