Ma grossesse, ce parcours du combattant…

La grossesse, on me l’avait vendue comme un moment de plénitude : « tu verras, tu seras épanouie comme jamais! » C’est sans doute vrai pour certaines femmes, mais nous sommes toutes différentes et loin d’être égales sur ce plan.

La mienne a duré plus de neuf mois… Non, je ne suis pas une éléphante ! J’ai rencontré le papa de mes enfants tardivement et l’envie de devenir mère est arrivée au bout de quelques mois.

Tout a commencé par une visite de contrôle chez ma gynécologue. Moi qui ne suis pourtant pas fan des médecins, je l’aime bien. Elle est à l’écoute et ses conseils sont souvent pertinents. Nous papotions donc comme toujours et je lui ai soudain fait part de mon désir d’être mère.

Sa réponse m’a un peu heurtée, mais force est de reconnaître qu’elle avait raison : « A votre âge, espérer tomber enceinte spontanément, c’est un peu comme jouer au loto pour devenir riche… dans l’absolu c’est possible, mais le résultat est plus qu’incertain. »

Elle m’a prescrit tout un tas d’examens pour contrôler ma fertilité et celle du futur papa. Puis elle m’a demandé de revenir avec mon conjoint pour vérifier qu’il était bien partant pour la paternité si jamais il nous fallait l’aide de la médecine pour devenir parents.

… et le verdict est tombé : seuls, nos chances de procréer étaient réduites. Après s’être assurée de notre consentement mutuel, elle a donc adressé un courrier au centre de procréation médicalement assistée de Tours ou « PMA » pour les initiés.

Les mois ont passés. Je commençais à me demander si la lettre avait trouvé son destinataire lorsque j’ai reçu une convocation pour janvier 2016. Nous avons été reçus par une gynécologue plutôt revêche qui nous a clairement dit qu’elle n’était pas favorable à notre dossier (mon travail m’obligeant à ne rejoindre mon conjoint que les week-end). Je suis sortie de cet entretien complètement effondrée, persuadée que nos chances venaient de s’envoler.

Néanmoins, nous avons enchaîné sur un entretien avec la psychologue du centre PMA qui nous a fait l’effet d’un rayon de soleil après sa collègue hargneuse. Elle nous a dit que notre dossier allait passer en commission et qu’il fallait attendre l a décision d’ici à quelques mois.

Ce n’est qu’en mai qu’une nouvelle convocation est arrivée, toujours avec la gynécologue revêche. Sans doute se réservait-elle le plaisir de nous annoncer le refus de notre dossier.

A notre grande surprise, elle nous accueillit avec ce qui ressemblait à un sourire. Notre dossier était accepté. On avait juste omis de nous en aviser. De nouveaux examens nous furent prescrits, enfin, surtout à moi. Certains étaient intrusifs et parfois douloureux. Le parcours de FIV (fécondation in vitro) était lancé.

Je l’ai vécu comme une épreuve, mêle si j’ai accumulé toutes les chances : une place s’est libérée qui m’a permis de commencer ma FIV plus tôt que prévu et de bénéficier d’une stimulation courte, plutôt que d’une longue et après maintes péripéties (injections, prises de sang et échographies pelviennes quotidiennes) le moment de déclencher l’ovulation est arrivée.

Quand je dis que j’ai accumulé toutes les chances, ce n’est pas un vain mot. La première FIV a été la bonne, ce qui est loin d’être le cas pour toutes les femmes de mon âge (j’avais 41 ans). La stimulation ovarienne a très bien fonctionné, la fécondation en elle-même a donné quatre blastocystes viables et on m’en a implanté deux comme on le fait pour toute femme de plus de 38 ans (les chances d’implantation étant plus minces).

Il y eut ensuite ces moments terribles où j’allais faire des prises de sang pour connaître le taux de bêta- HCG afin de savoir si j’étais enceinte ou non. J’appelais le service de la PMA tous les débuts d’après-midi, tremblant à l’idée de devoir tout recommencer. Quand la dernière prise de sang s’est révélée positive, on m’a invitée à tempérer mon enthousiasme : je ne serais vraiment sûre de rien avant l’échographie de datation, celle qui dirait si un embryon s’était accroché au bon endroit et formé correctement.

C’est la nature même de la FIV, ces attentes interminables mêlées d’espoir et de peur. A chaque fois qu’on remporte une victoire, une nouvelle épreuve se présente.

Le médecin a l’échographie m’a donné des sueurs froides. Je l’ai vu se décomposer soudain et je me suis dit « c’est mort »… Très ennuyé, il m’a annoncé qu’il y avait deux embryons et là, j’ai dû me retenir pour ne pas sauter comme un cabri dans tous les coins du cabinet.

J’avoue que ce sentiment d’euphorie a mis plusieurs jours avant de redescendre. Euphorie pas du tout partagée par mon compagnon que la perspective d’avoir des jumeaux a quelque peu assommé. Notre entourage a été secoué lui aussi. Ma mère était aux anges, ma belle-mère elle, est tombée des nues : elle ignorait tout de notre démarche pour devenir parents.

La grossesse à proprement parler avait enfin commencé. Je ferai l’impasse sur les trois premiers mois qui se sont bien passés, malgré les nausées et les vomissements incessants (dus à des taux d’hormones très élevés).Le meilleur moment a été l’annonce du sexe de nos enfants : un garçon et une fille.

Le  quatrième mois a été catastrophique. Mon col de l’utérus était ouvert, nécessitant une hospitalisation et la pause d’un pessaire pour éviter la fausse couche. D’octobre à décembre, j’ai subi des examens quotidiens, la nourriture immonde de l’hôpital (pour couronner le tout, on m’a diagnostiqué un diabète gestationnel qui m’interdisait toute douceur) et la solitude (mes proches ne pouvant me rendre visite tous les jours).

Après un cours séjour chez mes parents où je demeurai alitée (et au régime), on m’hospitalisa une deuxième fois, car l’un de mes bébés, mon garçon, ne se développait plus normalement. Sous haute surveillance, j’ai attendu qu’on puisse déclencher l’accouchement un 17 février 2017…

Encore une fois, ce fut un moment étrange entre bonheur et terreur. Il y avait un monde fou dans le bloc opératoire pour deux raisons : les équipes sont doublées pour la venue de jumeaux et j’accouchais dans un CHU : chaque praticien était flanqué d’un étudiant. J’ai pleuré de bonheur quand j’ai entendu les premiers pleurs de ma fille et mon cœur s’est serré en attendant ceux de mon fils.

Césarienne oblige, je n’ai eu que quelques secondes de contact avec mes bébés avant qu’on ne les emmène. J’ai passé les heures suivantes seule, le temps que l’anesthésie locale ne se dissipe.

Ce parcours (et la suite : trois semaines de couveuse pour mon fils et autant de temps à voyager entre deux services pour essayer d’être présente pour mes deux petits qui avaient besoin de moi),a été l’expérience la plus intense et la plus difficile de toute mon existence, mais je referais tout les yeux fermés si c’était à refaire car c’est ainsi que j’ai obtenu ce qui est le plus précieux dans ma vie : mes enfants.

 

 

Publicités

17 commentaires sur “Ma grossesse, ce parcours du combattant…

Ajouter un commentaire

  1. J’imagine le bonheur à l’arrivée de tes enfants. C’est parfois un vrai parcours du combattant, entre les examens, l’attente, les professionnels pas toujours professionnels justement.
    Seul le résultat compte. Merci d’avoir partagé cela avec nous.
    Belle journée à toi

    Aimé par 1 personne

    1. J’avais besoin de poser en mots une partie de mon vécu… Evidemment, on ne peut pas tout dire en si peu d’espace. Il y a eu de belles rencontres, mais aussi des clashs et des coups de gueule (je ne me savais pas capable de tant d’agressivité, on apprend beaucoup sur soi dans de tels moments). Je fais partie des chanceuses : mes efforts ont été récompensés et ça adoucit le manque de psychologie de certains professionnels, mais ça doit être un traumatisme pour celles qui doivent récidiver et parfois en vain !

      Aimé par 1 personne

  2. La grossesse est un moment important dans la vie d’une femme. Je ne peux pas dire que j’ai aimé ça, c’est un passage obligatoire pour avoir un enfant!!! Il y a des grossesses qui se passent plus ou moins bien, mais c’est quand même long pour le corps qui en souffre (on s’en aperçoit souvent des années plus tard) et le psychique (il faut subir la transformation de son corps, et aborder le tournant du devenir mère, sans parler de la gestion du papa)!
    Et puis pour le corps médical, nous sommes des patientes, regardées sous toutes les coutures sans grand ménagement la plupart du temps et cette médicalisation à outrance enlève bien de la magie à des moments dont on voudrait se souvenir toute sa vie.
    J’ai été contente quand le bébé était là, on pouvait passer aux choses sérieuses: pouponner et reprendre une vie normale! ça ne se fait pas toujours comme on l’espère, mais il faut prendre le temps…
    Bisous

    Aimé par 1 personne

  3. Parcours à la fois difficile et émouvant. Bravo d’avoir eu le courage de partager cette expérience touchante. J’ai une amie qui a tenté la FIV à de nombreuses reprises, mais ça n’a malheureusement jamais fonctionné pour elle. Moi aussi, on m’avait « vendu » la grossesse comme une période extraordinaire. Pourtant, j’ai ressenti un intense isolement lorsque j’ai été alitée à 5 mois de grossesse avec un diabète gestationnel également (j’avais été agressée sur mon lieu de travail au début de ma grossesse, ce qui avait entraîné des contractions très tôt). Les enfants sont un rayon de soleil dans nos vies, mais la grossesse n’est pas forcément ce que l’on imagine (disons que chaque femme vit sa grossesse différemment)…

    Aimé par 1 personne

  4. Hello. Les médecins obstétriciens ont vraiment une réputation « généralisée » … Quand je pense qu’une gynéco a conseillé à une quarantenaire d’adopter un chien plutôt que de se lancer dans cette aventure … si tu n’es pas revêche, tu ne peux pas faire ce métier … En tout cas, c’est un beau partage que voilà 🙂 Gros bisous

    Aimé par 1 personne

    1. Quand on m’a implanté les blastocystes, la gynécologue en charge de mon dossier était absente. C’est sa collègue qui a réalisé l’acte et elle était très agréable. Je pense qu’on trouve de tout dans ce métier là comme ailleurs. Gros bisous

      J'aime

      1. J’ai écrit, moi aussi, certains souvenirs des grossesses et naissances de mes fils, mais je n’imaginais pas que cela pût intéresser d’autres que les intéressés. Peut-être devrais-je partager plus largement, alors. Passer au-dessus de mes réticences qui ne sont jamais liées qu’à un manque certain de confiance en moi. Reparlons-en à l’occasion, lorsque tu auras le temps.
        Bisous Sandra et bonne journée. ☀️

        Aimé par 1 personne

      2. Quand on est enceinte, pouvoir lire le témoignage d’autres mamans, ça peut être salvateur parfois. J’ai lu beaucoup de témoignages de ce genre pendant ma FIV. J’avais besoin de me préparer à ce qui allait m’arriver. Reparlons-en quand tu veux. Je t’embrasse Laure. Belle et douce journée à toi !

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :