Junior, Gentleman cambrioleur

Ce texte a été écrit dans le cadre du challenge d’écriture du Blog « l’atmosphérique de Marie Kléber ». Le thème du challenge est le suivant :

Vous êtes sûrement tous au fait de la fameuse conspiration des chaussettes. Elles passent du bac de linge sale à la machine à laver puis disparaissent comme par magie au moment où il faut les mettre par deux puis les ranger dans le placard. Il parait que les petites cuillères s’y sont mises aussi. Je vous invite à créer une histoire qui apporterait à tous ceux qui cherchent une réponse, un début de solution! Laissez libre court à votre imagination et faites nous rire un peu aussi! Rendez-vous le 28.01…

***

J’ai toujours rêvé d’être le fils unique et adoré de mes parents, mais hélas, le jour de ma naissance, mon jumeau s’était invité pour me voler la vedette. Notre famille était plus que particulière. Nous descendions en droite ligne d’un illustre voleur, celui-là même qui inspira à Maurice Leblanc son célèbre Arsène Lupin.

La tradition voulait que je me montre digne de mon ancêtre en devenant, à son image, un habile cambrioleur. Je commençai au bas de l’échelle, comme petit pickpocket. Il va sans dire que j’étais très doué et que je détroussais les touristes tout en restant indétectable… Malheureusement, mon frère se montra tout aussi à son aise, me privant de la juste fierté parentale.

Ah, si j’avais pu me défaire de ce jumeau qui me faisait de l’ombre ! C’est ainsi que surgit une idée lumineuse : à défaut de pouvoir me débarrasser de ce double encombrant, j’entrepris de défaire d’autres paires… Les paires de chaussettes que je prenais un malin plaisir à dépareiller, n’emmenant qu’une chaussette sur deux.

Je sévissais dans le silence de la nuit, quand les braves gens dormaient encore, visitant chaque foyer, même les plus modestes pour m’assurer de me faire connaître du plus grand nombre. Si insaisissable, presque fantomatique, que la population crut à une obscure conspiration (dans quel but ? nul ne le savait). On parlait de mes « exploits » à chaque coin de rue. Mon heure de gloire avait enfin sonné !

Lorsque je révélai mon secret à mon père, il n’eut pas le sourire satisfait que j’attendais… « Des chaussettes ? dit-il. La belle affaire ! Tu devrais plutôt faire comme ton frère et dérober des petites cuillères : au prix de certains métaux aujourd’hui, sa fortune est faite ! »

9 commentaires sur “Junior, Gentleman cambrioleur

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :