Journal de lecture d’avril 2022

Un mois où j’ai moins de temps. Je travaille beaucoup au jardin et ça me demande une énergie dont je manque un peu. Néanmoins, j’ai quand même quelques lectures à partager…

« Les cités des Anciens, tome 7 : le vol des dragons » de Robin Hobb : La fin est proche et c’est presque avec tristesse que j’ai refermé cet avant dernier volume. Les intrigues se dénouent, les souvenirs des dragons deviennent un peu plus précis à mesure que ceux-ci deviennent plus forts, plus grands. Les gardiens eux aussi sont en plein changement tant physiques que psychologiques. Sans spoiler, un grand moment de bonheur cette lecture. J’aime vraiment beaucoup cette série (je suis rarement déçue avec Robin Hobb).

« Le prince cruel tome 3 : la reine sans royaume » de Holly Black : Pour une trilogie que j’avais commencée sans grande conviction, celle-ci se laisse lire avec plaisir et se termine juste quand il faut, c’est à dire avant de devenir redondante et barbante. J’ai aimé ces personnages parfois cruels, parfois farfelus et cet univers un peu décadent. Une bonne lecture, divertissante et même surprenante par certains côtés. J’ai vraiment bien aimé !

« Les dossiers Cthulhu, tome 1 : Sherlock Holmes et les ombres de Shadwell » de James Lovegrove : Le titre à lui seul annonce un sacré programme. J’étais un peu sceptique quant à ce curieux mélange, mais finalement, il fonctionne plutôt bien. Cependant, pour moi il lui manque le charme d’une véritable enquête du célèbre détective, tout comme l’indicible terreur des oeuvres de Lovecraft, mais la lecture est agréable et plutôt rapide. J’ai tout de même passé un bon moment.

« Caraval » de Stephanie Garber : J’ai un avis mitigé sur ce livre. Si les trois quarts du roman m’ont transportée, intriguée, divertie, la dernière partie m’a grandement déçue. Je l’ai trouvée brouillonne, comme si on s’était hâté de boucler l’intrigue vaille que vaille et du coup, je suis restée sur ma faim. J’attends d’avoir lu le second tome pour me faire vraiment une opinion sur l’ensemble. C’est néanmoins un bon livre, bien agréable à lire !

« Les impatientes » de Djaïli Amadou Amal : Un beau roman qui, en donnant la parole à ses trois héroïnes soumises au poids de la tradition et du patriarcat, ne peut que susciter l’émotion. Il va me hanter longtemps le destin de ses trois femmes auxquelles on ne cesse de répéter qu’elles doivent faire preuve de patience, ce mot signifiant « obéissance et soumission ». La belle et jeune Ramla arrachée à son amoureux auquel elle était pourtant promise, Hindou, mariée à son cousin alcoolique, drogué et violent et enfin Safira, qui vit mal la polygamie toute neuve de son époux et se débat pour ne pas avoir à le partager : leurs voix, leurs angoisses restent dans ma tête, me rappelant comme ce monde reste dur et injuste pour les femmes et à certains endroits plus qu’à d’autres. Un livre que je ferai sûrement lire à ma fille lorsqu’elle sera plus grande.

« Le Mec de la tombe d’à côté » de Katarina Mazetti : Il y avait une éternité que ce livre était dans ma PAL et je me demande pourquoi je ne l’ai pas lu plus tôt. Tout m’a plu dans ce roman : l’humour presque féroce, la tendresse de l’auteur pour ses personnages, les personnages principaux comme les personnages secondaires, la plume magistrale qui vous donne cette impression que tout est facile, alors que l’intrigue ne se laisse justement pas aller à la facilité. Je l’ai lu d’une traite, incapable de le lâcher avant de l’avoir terminé.

« L’élégance du hérisson » de Muriel Barbery : Un beau roman, émouvant, drôle aussi parfois, mais qui souffre peut-être de longueurs au démarrage. J’ai aimé la tendresse des personnages, leur manière de se dévoiler par petites touches et même ces réflexions philosophiques dont le récit est émaillé, moi qui ne suis pourtant pas férue de la chose. La fin m’a cueillie et un peu refroidie, mais elle sauve probablement l’histoire d’une mièvrerie à laquelle un happy end l’aurait immanquablement conduite.

« Les cavaliers de l’Apocalypse tome 1 : Guerre » de Larissa Ione : Romance paranormale, érotisme, urban fantasy… que d’étiquettes pour un seul livre ! Comme je n’ai jamais lu cet auteur et que je découvre son univers à travers ce titre, j’ai été un peu submergée par tous les personnages. Je mentirai en disant que j’adhère totalement (je ne suis vraiment pas fan de la vulgarité, surtout quand elle n’est pas indispensable), mais il y a quand même un univers solide et une multitude de protagonistes intéressants, assez en tout cas, pour m’avoir permis de ne pas lâcher ma lecture dès les premières pages. Attention, si vous n’êtes pas amateur du genre, les scènes de sexe sont assez présentes….

« Le protectorat de l’ombrelle tome 5 : Sans âge » de Gail Carriger : Ce dernier tome n’était franchement pas indispensable. L’humour de l’auteur que j’avais tant apprécié jusque là, sombre dans le grand guignolesque et c’est dommage. Dommage aussi toutes ces facilités narratives qu’elle emprunte et auxquelles elle ne nous avait pas habitués. Un roman bâclé au regard des précédents tomes qui étaient plutôt bien ficelés. Une déception pour moi : heureusement, l’histoire s’arrête là.

« Caraval tome 2 : legendary » de Stéphanie Garber : Le premier tome ne m’avait pas complètement séduite, mais j’ai trouvé celui-ci beaucoup plus addictif. J’ai été incapable de le lâcher avant la fin… fin qui me laisse sur ma faim ! Heureusement, le tome 3 sort bientôt, très bientôt et j’ai hâte de le découvrir, tant il reste de questions en suspens. Un bon moment de lecture, malgré une galerie de personnages masculins qui m’a parfois fait grincer des dents (ils sont tous très beaux, avec une tendance à se balader torse nu pour que l’héroïne se rince l’œil et des comportements dont l’ambigüité n’est pas toujours justifiable).

« A la pointe de l’épée «  d’Ellen Kushner : Le problème, quand on lit des commentaires enthousiastes sur un livre, c’est qu’on risque d’être déçue. L’intrigue (pour le roman, comme pour les courtes nouvelles qui n’en méritent pas vraiment le nom d’ailleurs) ne m’a pas captivée. Je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages que j’ai trouvé insipides. La seule chose qui sauve l’ensemble, c’est le style de l’auteur qui est fluide et se lit facilement (autant finir sur quelque chose de positif). Ce n’est pas une lecture que je recommande aux amateurs de fantasy dans la mesure où celle-ci ne sert que de vague décor. J’ai dû me forcer un peu pour finir ma lecture et je n’aime pas ça.

« Les cavaliers de l’Apocalypse tome 2 : Famine » de Larissa Ione : L’auteur nous plonge une fois de plus dans une histoire érotico-romantique où son univers foisonnant vous happe et vous perd parfois un peu. La romance est un peu facile, l’action pas toujours bien maîtrisée (même si ce n’est pas le cœur du récit, je trouve ça dommage) et le trop grand nombre de personnages rend parfois la lecture laborieuse (« mais c’est qui lui/elle/ ce truc ? « )Malgré tout, ce roman répond aux attentes du genre.

« La loi du sanctuaire » d’Elodie Bouchet : Voilà un roman dont j’avais beaucoup entendu parler sur différents blogs et qu’il me tardait de découvrir. L’univers m’a beaucoup plu car je suis fan de fantasy, j’ai trouvé les personnages attachants, la plume agréable à lire et cependant, il y a un je ne sais quoi qui m’a empêchée d’être totalement emballée. Peut-être est-ce l’intrigue elle-même ? Peut-être la manière dont les héros s’entichent l’un de l’autre de manière presque mécanique ? Enfin, ne boudons pas notre plaisir : c’est une lecture sympathique.

« Demain ce sera vide » de Hugo Lindenberg : Difficile de parler de ce livre qui, si on le résumait, pourrait sembler inintéressant, alors que le talent de l’auteur rend justement tous les petits faits et gestes de la vie de ce petit garçon émouvants, troublants, car on devine une histoire de famille compliquée et tragique. J’ai moins adhéré à la fin du roman que j’ai trouvée floue et avec un goût d’inachevé qui m’a laissée sur ma faim. C’est néanmoins une belle lecture et un beau voyage dans le monde de l’enfance avec ce qu’elle a de naïf, mais aussi de cruel.

« Caraval tome 3 : Finale » de Stephanie Garber : J’attendais ce dernier tome en VF un peu fébrilement et je l’ai littéralement dévoré. Cependant, la place donnée dans le récit à la romance des deux sœurs et à leurs atermoiements sans fin, m’a un peu gâché le plaisir. La traduction n’est pas d’une très grande qualité et j’ai plus d’une fois grincé des dents, surtout en ce qui concerne la concordance des temps. L’univers particulier de l’auteur sauve le tout, mais il est certain que j’aurais hésité à lire un quatrième tome s’il y en avait eu un.

6 commentaires sur “Journal de lecture d’avril 2022

Ajouter un commentaire

    1. Oui, j’ai eu quelques coups de cœur ce mois-ci. Je lis le soir, quand les enfants dorment ou la nuit, quand je n’arrive pas à dormir. Une journée sans lecture, c’est un peu un jour perdu pour moi (c’est une addiction je crois). Belle et douce journée Marie ! Bisous d’ici !

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :