Journal de lecture de juin 2022

« Les cavaliers de l’Apocalypse tome 4 : pestilence » de Larissa Ione : Une lecture divertissante, mais dont je suis heureuse d’avoir vu le bout… Pas mon style tout simplement ! Ceci dit, l’auteur maîtrise parfaitement les scènes érotiques et déborde d’imagination. On n’a pas vraiment le temps de s’ennuyer dans cette saga. Ce qui m’a déplu, c’est le côté mécanique et répétitif visant à caser chacun des cavaliers avec un/une partenaire. J’ai aussi été un peu dépitée face à ce foisonnement de personnages, mais bon, c’est affaire de goût j’imagine.

« Les Dossiers Cthulhu, tome 2 : les monstruosités du Miskatonic » de James Lovegrove : Cet auteur est un virtuose. Je ne me lasse pas de ce mélange très réussi entre les univers de Conan Doyle et de HP Lovecraft ! Le parcours est tortueux, légèrement horrifique et totalement savoureux. Un vrai bon moment de lecture : je suis fan de cette plume et de cet univers.

« Kafka sur le rivage » de Haruki Murakami : Un roman étrange qui mêle chemin initiatique, mythologie et onirisme. Un mélange déroutant parfois, mais la magie de l’auteur happe le lecteur et l’oblige à cheminer avec lui, même lorsqu’il se sent perdu. Une expérience que cette lecture qui continue de me hanter…

« Les frères Bendetti, tome 1 : Salvatore » de Natasha Knight : Une romance érotique sans grand intérêt. Certes, les scènes de sexe sont maîtrisées, bien rythmées, mais le reste de l’histoire laisse à désirer aussi bien du point de vue de la vraisemblance que de celui de la psychologie des personnages que j’ai trouvée plutôt bancale. Je sais bien que les lecteurs de ce genre de romans sont bien plus intéressés par le côté érotique, mais une histoire bien ficelée, avec des personnages un peu plus profonds, seraient un vrai plus…

« La délicatesse du homard » de Laure Manel : Les deux héros sont maladroits, blessés par la vie et leurs histoires respectives se dessinent peu à peu tandis que se tisse leur histoire commune. Un joli roman, léger, bien écrit qui m’a fait passer un bon moment. Peut-être pas indispensable, mais bien plaisant !

« La Trilogie de la Lune : Intégrale (comprenant les romans : « La lune seule le sait », « La lune n’est pas pour nous » et « La lune vous salue bien ») de Johan Héliot : Je m’étais promis de ne plus aborder un auteur que je ne connaissais pas en commençant par une intégrale… mais je m’y suis encore laissée prendre ! Si j’ai beaucoup aimé le premier roman pour son utilisation de personnages historiques dans une intrigue steampunk, la sauce n’a pas pris pour les deux seconds romans qui ne jouent pas tout à fait dans le même registre surtout le troisième que j’ai trouvé plutôt médiocre. Dommage, car il y a de belles choses dans ces pages, mais les intrigues sont trop bancales.

« Sous les cendres de la passion » de Rosanne Bittner : Une romance dans le Far West, pas forcément très originale, mais pas trop mal écrite. Un bouquin pour passer un moment sans prise de tête, mais clairement, il ne révolutionne pas le genre. On y trouve les méchants, la rivale et le beau ténébreux qui vient sauver sa belle. Vite lu et vite oublié…

« Engrenages et sortilèges » d’Adrien Tomas : J’aime les surprises, surtout quand elles sont bonnes. Voici un excellent petit roman de fantasy (avec un brin de steampunk). Les personnages, adolescents, se révèlent plein de ressources et le récit, bien rythmé, se suit avec plaisir. Je n’ai qu’un seul reproche à faire : c’est trop court ! L’univers abordé et les personnages se dévoilent à peine que le roman s’achève déjà. J’ai vu qu’un autre roman de l’auteur était sorti, dont l’action se déroule dans le même univers. Je vais aller découvrir ça !

« La promise du cheikh » de Annie West : Elles sont terribles ces romances car elles pointent du doigt ton évident manque de bol… Ben oui quoi, moi je me suis souvent baladée en rase campagne sous la pluie (et il m’est même arrivé de pleurer), mais jamais un beau cheikh ne s’est arrêté sur la route pour m’emmener vivre une torride histoire d’amour. C’est mal foutu la vie ! Bref, une petite romance sympathique à lire, mais qui ne brille pas par son réalisme (était-il besoin de le préciser ?).

« La promise du sultan » de Kim Lawrence : Pas de surprise avec cette romance, son beau ténébreux, sa jolie rousse et des péripéties vite envoyées pour arriver au happy end convenu. Je sais bien que c’est du Harlequin, mais tout de même, un peu d’originalité aurait été bienvenue. La bonne nouvelle, c’est que ça se lit vite, très vite. Les soirs de grande fatigue, c’est parfait, une lecture parfaite avant d’aller se coucher !

« Séduite par le cheikh » d’Annie West : La classique histoire du chasseur qui se fait prendre à son propre piège. Une recette éculée, mais qui fonctionne encore, pour peu qu’on veuille seulement une lecture légère. Un roman court, qui se lit vite… mais qui s’oubliera sûrement tout aussi vite.

« Passion dans le désert » de Carol Marinelli : Une romance qui a un gros défaut : les héros ne sont pas du tout sympathiques… Cette Georgie m’a exaspérée avec ses petits malheurs et son nombrilisme, quant à son pendant masculin, Ibrahim, il m’a fait l’effet d’être une tête à claques ! Ceci dit, ils sont parfaitement assortis l’un à l’autre. Je n’ai pas été séduite.

« Pour quelques nuits avec le Cheikh » d’Annie West : La belle captive, enlevée dans le désert… et qui tombe amoureuse de celui à qui on l’a offerte. Un joli cliché qui se rit de la vraisemblance. Bien sûr, c’est une lecture destinée à divertir, mais quel dommage tout de même de construire une histoire sur des bases aussi bancales. Ce qui sauve l’ensemble, c’est que l’auteur, qui connait bien son affaire, écrit agréablement à défaut d’être originale.

« Princesse d’une nuit » de Lynne Graham : Une romance vieillotte avec des valeurs d’un autre temps, où l’homme est juge et maître quelle que soit la force de caractère qui est prêtée à l’héroïne. J’avoue que ça m’a un peu heurtée. Sinon, pas grand chose à dire de cette histoire sans surprise et sans relief.

4 commentaires sur “Journal de lecture de juin 2022

Ajouter un commentaire

  1. Voilà des lectures éclectiques ! je note le tome 1 de la lune et puis les engrenages et les sortilèges, et peut-être un ou deux zarlequins. Je viens de découvrir Zavéco (la série des Pardaillans); c’est feuilletonnesque et bon enfant et ça se dévore en moins que rien (il y a trois gros volumes dans la collections Bouquins, donc je ne suis pas au bout de ma joie 🙂 )

    Aimé par 1 personne

    1. Zavéco… Je me souviens avoir lu le Capitan, il y a fort longtemps, mais les Pardaillans, pourquoi pas ? J’ai toujours eu un faible pour les feuilletonnistes (après tout, on leur doit pas mal de figures héroïques de notre littérature) ! Les Harlequins me laissent souvent perplexes. Même les meilleurs d’entre eux finissent par me laisser insatisfaite… Je dévore ne ce moment American Gods de Neil Gaiman. J’aime sa plume et son imagination. Belle et douce fin de journée !

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :